"Les anges et tous les saints" de J. Courtney Sullivan, un beau roman sur la famille

Critique de Les anges et tous les saints de J. Courtney Sullivan
💚💚💚💚💚

J'avais déjà lu deux livres de J. Courtney Sullivan (Maine et Les Débutantes). Je savais donc que je ne prenais pas trop de risques à me lancer dans la lecture de ce nouveau roman dont je n'ai pas beaucoup (voire même pas du tout) entendu parler. Je n'ai pas été déçue et je suis même sortie très enthousiaste de cette lecture !

"Les anges et tous les saints" relatent l'histoire de deux jeunes filles irlandaises, Nora et Theresa, qui quittent leur famille dans les années 50 pour venir s'installer à Boston où réside depuis peu, Charlie, le garçon auquel Nora est fiancée. Nous les suivons également cinquante ans plus tard, à croire que je suis condamnée en ce moment à ne lire que des livres dont la technique narrative repose sur les sauts dans le temps (voir mes critiques de "La vie secrète d'Elena Faber" et de "La disparition de Stéphanie Mailer"). Pour une fois, cela ne m'a pas ennuyée et j'ai trouvé que les chapitres étaient suffisamment longs pour que le procédé narratif ne semble pas artificiel.

Cinquante plus tard, nous suivons donc Nora et sa famille, elle a eu quatre enfants avec Charlie (Patrick, John, Bridget et Brian), tous différents tant dans leur personnalité que dans la voie qu'ils se sont choisis. De son côté, Theresa est entrée dans les ordres et n'a pas parlé à sa sœur depuis des années suite à une dispute. Nous les rejoignons en 2009 au moment du décès de Patrick dans un terrible accident de voiture.

"Les anges et tous les saints" nous relate l'histoire de ces deux sœurs que tout oppose. Nora est l'aînée, elle est sérieuse et plutôt réservée. Elle vit mal d'abandonner sa famille en Irlande pour aller rejoindre Charlie, un garçon qu'elle connait peu mais auquel elle est promise. Elle n'est d'ailleurs pas sûre de vouloir l'épouser et retarde au maximum la fixation d'une date pour le mariage. Theresa est jeune, frivole, elle a envie de s'amuser et noue facilement le contact. La traversée de l'Atlantique est d'ailleurs à l'image qu'elles renvoient à cette époque. Nora, malade, reste enfermée dans sa chambre tandis que Theresa se lie d'amitié avec une bande de filles avec lesquelles elle rigole pendant tout le voyage. Quand elles arrivent à Boston, Nora veut se montrer discrète et reconnaissante de la famille qui les héberge et les aide en attendant le mariage avec Charlie. Theresa, au contraire, n'a qu'une seule envie, sortir au bal et rencontrer des gens, elle sort en cachette de Nora dont elle pressent qu'elle désapprouverait ses escapades.

Et finalement le parcours de ces femmes sera bien différent de ce que l'on pouvait imaginer lorsqu'elles étaient jeunes. Les petites décisions qu'elles prennent alors, auront un impact sur toute leur vie.

C'est un très beau roman sur la famille, sur les liens que l'on peut entretenir avec ses proches qui croient tout connaitre de vous alors que l'on est bien éloigné de la réalité et que l'on n'ose pas parler. C'est particulièrement intéressant de suivre Nora qui se sacrifie pour sa sœur et qui entretient ensuite des liens particuliers avec chacun de ses enfants, notamment Patrick et Bridget. C'est un roman qui porte également sur une époque - on espère révolue (mais pas tellement en réalité) - où les jeunes filles étaient promises à des garçons alors même qu'ils se connaissent à peine et où les "filles mères" étaient condamnées à abandonner leur enfant. C'est un roman sur le rapport à la religion, à Dieu, et sur la solitude, que l'on s'impose à soi-même ou que la vie vous impose. Bref c'est un livre très riche qui mérite vraiment le détour !

Si vous avez raté le début : 

Nora est en route pour l'hôpital. Elle se souvient que lorsque Patrick était enfant, elle avait toujours peur qu'il ait cessé de respirer dans son sommeil. Elle se faufilait alors dans sa chambre et n'avait l'esprit tranquille que lorsqu'elle avait pu poser les yeux sur lui. Il y a eu des périodes où elle s'inquiétait aussi pour les trois autres enfants mais elle avait appris à les connaitre. Elle s'étonne d'ailleurs que personne ne vous dise qu'il faudra apprendre à connaitre ses propres enfants…

Références : "Les anges et tous les saints" de J. Courtney Sullivan aux Editions rue fromentin


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

"La fin de la solitude" de Benedict Wells, un roman sur le deuil mais aussi une incroyable histoire d'amour

"Valse hésitation" de Angela Huth, une réflexion intéressante sur le couple

"Les loyautés de Delphine de Vigan, un roman juste qui met mal à l'aise

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton
Retrouvez Michigan sur Hellocoton

NetGalley

Badge Lecteur professionnel