"La symphonie du hasard - Livre 1" de Douglas Kennedy

Critique de la Symphonie du hasard de Douglas Kennedy
💚💚💚💚

On nous présente "La symphonie du hasard - Livre 1" comme "le premier volume d'une fresque à l'ampleur inédite" et qui "marque le grand retour de Douglas Kennedy". Je ne suis pas une grande adepte de cet auteur mais je dois dire que ce premier tome est vraiment réussi et on a envie de connaitre la suite.

Nous suivons dans ce premier livre, Alice Burns, une éditrice de New York, à laquelle son frère révèle un terrible secret datant de son adolescence et que leur père a aidé à cacher. Mais cette révélation n'est que le point de départ du flashback d'Alice qui nous ramène dans les années 70 au moment où elle quitte le lycée puis démarre l'université.

Alice a des relations difficiles avec sa famille. Son père est souvent absent lorsqu'elle est adolescente, elle a des rapports conflictuels avec sa mère, elle ne parle pas à son frère aîné, Peter, pendant plusieurs années et semble éloignée de son autre frère, Adam. Elle intègre la prestigieuse université Bowdoin dans le Maine (à laquelle Douglas Kennedy est également allé) et découvre la vie étudiante sur un campus américain des années 70.

Il y a beaucoup de choses dans ce premier tome. C'est un livre sur la famille, sur les rapports conflictuels que l'on peut entretenir avec ses proches, sur les non-dits, sur "l'amour vache". Alice est dans la contradiction typique que l'on retrouve au sein d'une famille : elle est inquiète pour son frère se trouvant au Chili au moment du coup d'état de 1973 alors même qu'elle n'a pas parlé à celui-ci depuis près de deux ans en raison d'une brouille adolescente dont ils n'ont jamais discutée. Elle fait en sorte d'être indépendante financièrement pour emménager avec son petit ami tout en cherchant la bénédiction de ses parents sur celui-ci.

Mais la "symphonie du hasard" est aussi un roman sur la société américaine des années 70. Douglas Kennedy nous dépeint très bien cette période où tout est permis, un monde des antagonismes où le baba cool côtoie le racisme et l'homophobie. Il nous décrit aussi la vie sur un campus universitaire, une mini société américaine composée de castes, où il n'y a point de salut en dehors des fraternités (les sportifs, les intellectuels, les hippies…). Il y a aussi l'aspect politique avec la réélection de Nixon, le coup d'état au Chili, Alice échange régulièrement sur ces sujets avec ses proches. Et l'on retrouve les vieux démons de la société américaine, cette obsession de la réussite, de la fortune, et cette fascination (voire clémence) pour les sportifs quoiqu'ils fassent. Enfin la "symphonie du hasard" est considérée comme l'un des livres les plus autobiographiques de Douglas Kennedy, il a souvent été dit que Alice était Douglas, il reconnaît lui-même avoir plusieurs points communs avec elle. On a ainsi envie de connaître mieux cet écrivain américain, spécialiste des "page turners", le plus français des écrivains américains comme les journalistes le dénomment souvent.

Bref c'était une lecture prenante, intéressante et on a envie de lire la suite !

Si vous avez raté le début

Alice, éditrice, est en train de relire un roman sur la famille. Demain elle doit partir à 13 heures pour aller rendre visite à son frère, Adam, en prison. Elle lui rend visite régulièrement. Personne n'ignore que son frère a été emprisonné, il a fait la couverture des journaux au moment de sa condamnation. Cette fois-ci la visite sera particulière car Adam l'a prévenue à l'avance qu'il avait quelque chose de très important à lui dire.

Références : "La symphonie du hasard - Livre 1" de Douglas Kennedy chez Belfond

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

"La fin de la solitude" de Benedict Wells, un roman sur le deuil mais aussi une incroyable histoire d'amour

"Valse hésitation" de Angela Huth, une réflexion intéressante sur le couple

"Les loyautés de Delphine de Vigan, un roman juste qui met mal à l'aise

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton
Retrouvez Michigan sur Hellocoton

NetGalley

Badge Lecteur professionnel