"Voyages avec ma tante" de Graham Greene, un bijou d'humour anglais

Critique de Voyages avec ma tante de Graham Greene
💚💚💚💚

Dans mon optique de découverte des classiques de la littérature anglaise, je suis tombée sur Graham Greene considéré comme l'un des plus grands romanciers anglais, notamment avec son roman "La Puissance et la Gloire". Etant par ailleurs une fervente admiratrice de l'humour anglais, je me suis donc attaquée à "Voyages avec ma tante", voyages qui se sont révélés fameux et teintés d'humour subtil comme savent le faire les Anglais. Graham Greene dit d'ailleurs à propos de ce roman qu'il s'agit "du seul de [ses] livres [qu'il a] écrit pour l'amusement".

Le narrateur est Henry Pulling, un banquier à la retraite, vieux garçon à la vie paisible, qui voue une passion aux dahlias. Il y a bien la fille de l'un ses anciens clients, Mademoiselle Keene, qui vient un peu troubler son existence. Celle-ci vient de déménager en Afrique du sud et Henry se demande s'il n'aurait pas dû la demander en mariage. Celle-ci est discrète, un peu frivole et se serait très bien accommodée de sa vie. Mais c'était sans compter la rencontre avec sa tante Augusta lors des funérailles de sa mère. Tante Augusta est une septuagénaire dynamique, une tornade qui a le goût du risque, parle beaucoup, voyage beaucoup, et a vécu mille vies qu'elle se plait à conter à son neveu. Elle a une vie amoureuse riche qui va la mener, ainsi que Henry, aux quatre coins du globe. 

"Voyages avec ma tante" est donc la confrontation entre la vie rangée de Henry dont la seule inquiétude est de se dire qu'il a laissé sa tondeuse dehors alors qu'il se met à pleuvoir et celle mouvementée de Tante Augusta, frivole, amoureuse, qui n'hésite pas à prendre des risques pour rejoindre l'homme qu'elle aime depuis toujours. Il y a de multiples scènes très savoureuses dans ce roman (l'urne funéraire, l'interrogatoire par la police, le déplacement à Boulogne, la rencontre avec Tooley dans l'Orient Express...) et l'on se plaît beaucoup à voir Henry bousculé par sa tante. 

Une fois que celui-ci est sorti de son train-train, il se rendra vite compte qu'il ne peut plus revenir à ses dahlias, il lui tarde de rejoindre Tante Augusta dans ses nouveaux voyages. On les suit ainsi à Brighton, Paris, Venise par l'Orient Express, et Istanbul pour finir au Paraguay.

Il est difficile d'en parler plus sans dévoiler l'intrigue, il ne reste donc plus qu'à préparer sa valise !

Si vous avez raté le début

Henry Pulling se rend aux obsèques de sa mère qui avait près de 96 ans à sa mort. Le service a lieu au crématorium et sa tante Augusta est arrivée en retard. Il ne l'a pas vu depuis des années mais c'est en repensant aux albums de famille qu'il arrive à l'identifier. Celle-ci se fait tout de suite remarquer en indiquant à voix haute qu'une fois elle a assisté à une incinération prématurée. 

Références : "Voyages avec ma tante" de Graham Greene chez Robert Laffont - Pavillons Poche



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

"La fin de la solitude" de Benedict Wells, un roman sur le deuil mais aussi une incroyable histoire d'amour

"Valse hésitation" de Angela Huth, une réflexion intéressante sur le couple

"Les loyautés de Delphine de Vigan, un roman juste qui met mal à l'aise

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton
Retrouvez Michigan sur Hellocoton

NetGalley

Badge Lecteur professionnel